Un ancien ingénieur d'Apple explique pourquoi le premier iPhone n'avait pas de copier-coller

Apple a lancé le premier iPhone il y a 15 ans, et beaucoup de choses ont changé depuis. Nous discutons maintenant des rumeurs concernant le prochain iPhone avec une vidéo 8K et un nouvel écran, mais il est difficile de croire qu’une fois, l’iPhone n’avait même pas d’options de copier-coller. Maintenant ancien ingénieur logiciel et concepteur Apple Ken Kocienda a révélé des détails sur les raisons pour lesquelles le premier iPhone n’avait pas de telles fonctionnalités.

Kocienda, qui a rejoint Apple en 2001, était l’un des principaux ingénieurs derrière l’iPhone. Avant de travailler sur l’iPhone, Kocienda faisait partie de l’équipe qui a créé le navigateur Web Safari d’Apple, ce qui lui a assuré un rôle important dans le développement du premier smartphone d’Apple.

Maintenant que l’iPhone approche de son 15e anniversaire sur le marché, l’ancien ingénieur d’Apple a décidé de partager quelques histoires intéressantes sur la façon dont Apple a créé le premier iPhone. L’un d’eux comprend des détails sur les raisons pour lesquelles la société a décidé d’expédier son premier smartphone sans options de copier-coller.

Il n’y avait pas de temps pour ça.

L’explication courte et amusante de Kocienda est que les ingénieurs d’Apple n’ont pas eu le temps d’implémenter le copier-coller sur le premier iPhone. Mais bien sûr, l’histoire va au-delà.

Selon lui, l’équipe était déjà occupée à créer le clavier virtuel de l’iPhone et son système de correction automatique. Après le lancement de l’iPhone, Kocienda et son équipe ont finalement décidé de travailler sur les options de copier-coller, mais il a encore fallu un certain temps avant que la fonctionnalité ne soit prête pour les utilisateurs.

L’ingénieur explique qu’il a eu l’idée de la “loupe de texte grossissante” pour permettre aux utilisateurs de savoir exactement où ils pointaient le curseur de texte, ce qui était crucial pour avoir un copier-coller. Cependant, même avec cette loupe virtuelle classique, le curseur a fini par se déplacer entre les caractères après que l’utilisateur a levé le doigt de l’écran en raison du scintillement naturel.

Kocienda a dû développer un “journal d’historique tactile” uniquement pour l’édition de texte. Ainsi, après avoir retiré le doigt de l’écran, le système détecte automatiquement la position du doigt de l’utilisateur quelques millisecondes après le dernier toucher, de sorte que le curseur reste là où l’utilisateur le souhaite vraiment.

Un autre détail intéressant sur le système de saisie de texte sur l’iPhone est que, selon l’ancien ingénieur d’Apple, tout le texte stylisé était à l’origine basé sur WebKit. Cela signifie que chaque fois qu’une application utilisait une police personnalisée, elle affichait essentiellement une petite page Web pour afficher le texte. Lorsque les champs de texte n’étaient pas en mode édition, ils affichaient une image statique de leur contenu, probablement pour économiser le processeur, la RAM et la batterie.

Les options de copier-coller ont été introduites dans le cadre de l’iPhone OS 3.0 en 2009, qui était préinstallé par défaut sur l’iPhone 3GS. Apple a même créé une publicité télévisée mettant en avant la nouvelle fonctionnalité à l’époque.

Plus de détails sur le premier iPhone

Kocienda a également partagé d’autres informations sur le développement du premier iPhone. Par exemple, l’iPhone manquait de véritable multitâche, non seulement à cause de la faible RAM, mais aussi à cause du manque de mémoire virtuelle. Les ingénieurs ont dû créer un système appelé “jetsam” pour forcer l’iPhone à exécuter une seule application à la fois, mettant automatiquement fin aux autres processus d’arrière-plan pour éviter les problèmes de performances.

Étant donné que les appareils à écran tactile n’étaient pas vraiment populaires et manquaient de retour tactile, l’équipe iPhone a mis en place une zone virtuelle plus grande que les boutons affichés sur l’interface. En tant que tel, l’iPhone reconnaît les touches même lorsque l’utilisateur ne touche pas précisément le bouton à l’écran.

Ce système était également important pour la fonction de correction automatique du clavier, car il identifie les lettres entourant celle sur laquelle l’utilisateur a appuyé pour remplacer le mot mal orthographié par le bon.

Kocienda explique également que la perception des utilisateurs de l’endroit où ils touchent avec leurs doigts est différente de l’endroit où le doigt touche réellement, et le système devait être préparé à cela.

Ceux qui souhaitent en savoir plus sur le processus de développement de l’iPhone devraient certainement lire le livre de Kocienda, “Creative Selection: Inside Apple’s Design Process during the Golden Age of Steve Jobs”.

Lire aussi :

FTC : Nous utilisons des liens d’affiliation automatique générateurs de revenus. Suite.


Découvrez 9to5Mac sur YouTube pour plus d’actualités Apple :